Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SODA81

Articles avec #loisirs

Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.

15 Octobre 2017, 17:20pm

Publié par soda81

Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.
Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.

Le pouvoir chinois a un pouvoir fort sur l'agencement de la vie des citoyens ; ce qui peut se voir (sur internet ou ailleurs), ce qui peut se lire, ce qui doit être produit, ce qui peut ou doit être construit est fortement dicté par les autorités ou ne peut être fait sans la présence du parti unique.

Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.
Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.
Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.

En 2005, la première série « Hiding in the City » (Se cacher dans la ville) de Liu Bolin présente un autoportrait de l’artiste immobile et recouvert de peinture, se confondant avec les décombres de son atelier, situé dans le quartier d’artistes rasé par le gouvernement chinois. Une protestation silencieuse : l'artiste se rend invisible pour marquer une cause.

Depuis, il crée des œuvres mêlant photographie, body art, sculpture vivante. Cet homme-caméléon pose pendant des heures devant un mur, un paysage ou un monument pour arriver à se fondre dans le décor –  les yeux fermés, sa silhouette à peine visible – avec l’aide des ses peintres-assistants, sans aucun trucage numérique. À la fin du processus de camouflage, il fige la performance grâce à la photographie.

Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.
Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.

Ses travaux l'ont conduit à Paris ; et juste un exemple, celui des silhouettes invisibles sur les unes de Charlie Hebdo...

C'est tout simplement époustouflant !

Maison européenne de la photographie, Liu Bolin ou la protestation silencieuse.

Voir les commentaires

Deux photographes, deux parcours, un monde

2 Octobre 2017, 19:37pm

Publié par soda81

Deux photographes, deux parcours, un monde

Deux expos, deux lieux mythiques, bien différents, deux photographes aux parcours ni parallèles, ni opposés... voilà les découvertes du week-end.
A la fondation Cartier Bresson, c'est Raymond Depardon que l'on retrouve.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Cet homme né de parents paysans, passionné tout jeune de photos, "monte" à Paris et y rejoint en 58 Louis Foucherand dont il devient l'assistant. Avant cela, c'est déjà dans un labo photo créé dans la ferme qu'il fait ses premières armes.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Assistant, puis pigiste, une affaire qu'il a pu suivre un peu par hasard au coeur de l'Algérie, celle de soldats égarés, en partie retrouvés, lui permet d'être publié par deux journaux et lui donne l'accès au statut de salariés photographes de l'agence Dalmas. Il couvre la guerre d'Algérie notamment mais aussi, plus futile, suit à la trace les vedettes de l'époque.
En 66, il créé avec Gilles Caron l'agence Gamma... Et voilà une carrière qui s'amplifie, consacrée à la photo mais aussi au film documentaire. Il est reconnu comme l'un des maîtres du genre. Personnellement, Profil paysan est un film qui m'a marqué.
Les oeuvres, les écrits sont nombreux... Ce serait dans ce blog une liste bien trop longue.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Son ouvrage Notes (ci-dessus) porte les contours du personnage ; on est sur des images d'Afghanistan et sur des textes, distants du contenu de la photo, souvent autobiographiques. Il s'en dégage une certaine mélancolie, une introspection sans concession ; mais d'ailleurs lorsque l'on regarde Raymond Depardon, la première impression est celle d'un homme qui semble réservé, au regard timide, l'expression parfois triste. Ces photos sont au coeur du sujet, pas toujours près des visages, mais avec une forte sensibilité.  On le sent si fortement dans Profil paysan, je ne connais pas les autres documentaires.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Le 3ème étage, de la fondation sous la verrière

Finalement, parmi les points importants de l'expo, il y en a un qui m'a marqué. Un texte placé autour de quelques photos de campagne exprime le ressenti de l'auteur photographe ;  ces photos sont celles d'un des retours au pays, avec une sensation pour lui de ne pas avoir assez capté, documenté le quotidien.

N'a t'on pas souvent cette impression ? "Si j'avais su, j'aurais fait des photos". Et bien, gardons l'instant, le quotidien en images, faisons des photos. Ce qui nous entoure est une part d'histoire personnelle, et pas seulement...

Deux photographes, deux parcours, un monde

Autre lieu, le Grand Palais et Irving Penn. L'homme a traversé et marqué la deuxième moitié du 20ème siècle. L'oeuvre est présentée chronologiquement ; les premières photos avant la deuxième guerre témoignent de la grande dépression économique. Les natures mortes marquent le début d'une collaboration avec la magazine Vogue.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

L'homme a ensuite, quel que soit le lieu, les personnages, excellé dans l'art du portrait, avec des décors minimalistes (deux cimaises encadrant la personne photographiée, une couverture sur des caisses...), dans une tente plantée au milieu d'une place marocaine, dans un atelier de photographe à Cuzco.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Le style est épuré, l'essentiel est là, les regards (l'oeil de Picasso...), le drapé du tissu pour les photos de mode, les costumes magnifiés des péruviens... Ombre et lumière sont dosés à la perfection ; les masques des célèbres tombent et les postures soulignent les personnalités.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

C'est aussi le cas pour les photos des métiers de ces hommes croisés dans les rues de Londres, de Paris et de New-York que vous observez avec un sourire affectueux .

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Ses photos de nus sont la volonté de "photographier des femmes réelles dans des situations réelles" ; réalisées en 49-50, elles susciteront un intérêt qu'en 2002. Est-ce l'image des silhouettes irréelles, squelettiques des mannequins, faisant la "gueule", des dernières années qui remet en valeur ce regard sur le réel ?
Une très belle exposition.

Deux photographes, deux parcours, un monde
Deux photographes, deux parcours, un monde

Voir les commentaires

Le jardin du pays d'Auge à Cambremer

30 Août 2017, 06:29am

Publié par soda81

Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer

Le Jardin du pays d'Auge à Cambremer est l'un des lieux qui peut faire rêver tout jardinier, et surtout celui du sud de la France qui le visite au mois d'Août. La fraîcheur, la verdure naturelle, la taille de certains massifs sont des atoûts de cet espace. Au milieu de cette verdure confortée par un climat conciliant, on ne peut que penser à son propre jardin, resté lui sous la chaleur mordante du soleil du sud et aux couleurs grillées.

Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer

Pour parler de climat, nous avons passé 15 jours en Normandie, en ce mois d'Août, avec vraiment très peu de pluie et avec des températures douces. 25° probablement en maximum. Un temps qui permet de vivre à l'extérieur, de respirer...
 

Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer

En 1994, Armelle et Jacques NOPPE achètent un terrain de 3 hectares jouxtant un très beau corps de ferme. Ce lieu aménagé avec le soutien d'une paysagiste devient notamment une vitrine de leur pépinière. Le jardin est parsemé de divers bâtiments, en grande partie à colombages ; le propriétaire des lieux a réussi l'exploit de déplacer des bâtisses ici et là abanadonnées, sans les démonter. Une petite expo photo vient rappeler ces instants avec des images de tracteur remorquant le "squelette" à colombages d'un ouvrage.
Découvertes en images...

Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer
Le jardin du pays d'Auge à Cambremer

Voir les commentaires

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

29 Août 2017, 16:42pm

Publié par soda81

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

Albi a accueilli du jeudi 24 août au dimanche 27 août 2017 le championnat du monde UCI Gran Fondo.

Pour des amateurs, c'est souvent l'évènement d'une vie, d'une vie de passionnés. Imaginez juste cette passion, cette capacité à se donner les moyens - avec les moyens d'un amateur, sans le concours de multiples sponsors - pour venir à Albi depuis le Japon, la Nouvelle Zélande, le Mexique...

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

Près de 3000 cyclistes de 62 pays (regardez juste les couleurs des maillots et les mentions des nationalités) se sont affrontés sur les routes du Tarn et au cœur de la Cité épiscopale d'Albi. Les coureurs étaient répartis en 16 catégories hommes et femmes par tranche d’âge de 5 ans, le plus jeune avait 18 ans, le plus âgé avait 106 ans (Robert MARCHAND).

Un petit clic sur le lien suivant pour en savoir plus : UCI Gran Fondo Albi

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

Une mention particulière pour Jeannie Longo (à gauche sur la photo ci-dessous)

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

C'est un beau spectacle. Nous n'avons pu assister qu'à la course en ligne, n'étant pas présents sur Albi avant le samedi soir.

Les départs échelonnés garantissent aux spectateurs un temps conséquent d'observation des exploits ; l'arrivée de chaque nouvelle catégorie se traduit par une bataille féroce entre les premiers, le passage des autres coureurs se fait dans un temps plus ou moins long. Pour un Tour de France, le spectacle se limite souvent au passage en quelques secondes d'un peloton multicolore...

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

Nous étions près de Cordes sur Ciel, sur une petite route conduisant les cyclistes de la vallée qui entoure le village vers le plateau du vignoble. La difficulté était forte, et cela après une centaine de kilomètres pour les coureurs.

L'ambiance était extrêmement conviviale, avec des discussions entre "experts" du vélo, porteurs de bidons et simples spectateurs... Ce n'est pas simplement les premiers qui étaient encouragés, ceux un peu plus à la peine l'ont été fortement

Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo
Championnat du monde de cyclisme amateur à Albi - UCI Gran Fondo

Un grand bravo aussi aux organisateurs, merci.

Voir les commentaires

Sète - Images singulières

19 Juin 2017, 06:28am

Publié par soda81

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Nous avons découvert les deux festivals photo : Images singulières et Le Printemps des Photographes en 2016… Nous y sommes revenus cette année… et encore de beaux moments de découverte, des rencontres avec des photographes aimant parler de leurs travaux…

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Deux manifestations dans le même temps, cela pourrait paraître un peu trop… mais finalement, ce sont deux évènements qui se complètent bien. D’un côté, le caractère plus institutionnel - quoique c’est un grand mot - d’images singulières avec ses thèmes, ses invités, ses grandes salles d’expositions, et de l’autre, des lieux plus petits, la rencontre possible du photographe, les discussions…

Tout cela dans un espace pas trop étendu, ici et là dans la cité, permettant de découvrir cette ville, du long du canal royal à la ville haute, en passant par les dépôts habilement aménagés.

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Dans un article, on ne peut citer tous les noms des photographes, tant ils sont nombreux (par exemple dans l’oeuvre La France vue d’ici, dans les expos sur Les paysans…), et au risque d’en oublier. Un petit renvoi vers des sites permet d’aller plus loin :

http://imagesingulieres.com/

http://www.printemps-des-photographes.fr/

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

La France vue d’ici est un projet porté par Images singulières et Médiapart, un projet visant à documenter la France, ses habitants, s’appuyant sur le travail de plusieurs photographes aux projets affirmés, aux regards engagés dans un milieu. On est loin de la photo volée, “faite vite en passant”. Ici, on est dans le portrait, dans l’absence de crainte de la présence du photographe. La vie continue, telle qu’elle est ; la photo marque juste un instant de réalité. Il faut absolument visiter le site internet et espérer que l’expo de Sète ne sera pas unique… Ce sont aujourd’hui une cinquantaines de reportages.

http://www.lafrancevuedici.fr/

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

On ne peut rester insensible à certaines images. Sans vouloir les classer, celles de Hervé Baudat, au coeur d’unités accueillant des malades Alzheimer sont impressionnantes. Les regards sont là, sans être tout à fait là…

http://www.lafrancevuedici.fr/reportage-oublis-ebouissements.php

Sète - Images singulières

Autre paysage, la Rue de Paris de Thomas Cuisset, à Montreuil, celle d’une rue parfois graphique, occupée de populations diverses.

 

France toujours, mais un peu rétro avec La France travaille de François Kollar, série d’images prises au début des années 30, au moment des premiers effets de la crise. Il s’agit d’une mission documentaire commanditée alors par une maison d’édition. On est sur un parallèle avec un déplacement dans le temps avec La France vue d’ici.

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Les jeunes générations sont aussi à l’honneur à l’ancien Collège Victor Hugo au travers de l’objectif de 15 photographes… 

Dès l'entrée du Collège, au bas du très bel escalier, la salle est entourée de portraits. Conçus avec un assemblage d'images des réseaux sociaux, ils sont le reflet d'un temps où s'expose parfois largement l'intimité de chacun, sans vraiment dévoiler les personnalités, les idées, les valeurs, cachés sous une façade, pour tous, un peu la même.

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Autres images en noir et blanc, celles de Anne Rearick, américaine, à priori plus habituée aux lumières du pays basque, mais qui cette fois-ci a illustré le Sète d’aujourd’hui…

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Du côté des campagnes, le Théma Paysan regroupe aussi de nombreux photographes. Les gens de mon village de Denis Dailleux, Saisons noires de Julien Coquentin… renvoient dans un passé qui semble au premier abord lointain, alors que le tout date de ce siècle et a souvent moins de 15 ans. La projection du film Les inconnus de la terre de Mario Ruspoli témoigne de la misère des paysans de Lozère dans les années 60 et des débats qui agitent les générations, avec les pour ou contre le progrès, avec un prêtre qui considère que ses ouailles sont inaptes à progresser… Ah, bonté et miséricorde !

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Nous avons visité quelques expositions du Printemps des photographes avec, pour nous,  une mention particulière pour Vincent Lecomte. Regardez ces portraits ; vous ne pouvez y être insensible ! Non, vraiment pas.

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Autre découverte, les jeux de lumières, de reflets pris sur le vif par Elysabeth José Almendra au cours de ses voyages en train ; le regard doit être aiguisé.

Sète - Images singulières

Au cours de nos déambulations...

Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières
Sète - Images singulières

Voir les commentaires

Nature du jardin, nature sauvage

26 Février 2017, 17:58pm

Publié par soda81

Nature du jardin, nature sauvage
Nature du jardin, nature sauvage

Le printemps pointe le bout de son nez et laisse quelques indices au jardin ; tout près du sol, les violettes et les pâquerettes marquent l'espace.

Dans l'hiver, de la mousse a poussé dans les anfractuosités des branches de l'altea.

Nature du jardin, nature sauvage
Nature du jardin, nature sauvage

Au coeur du Tarn, tout près d'une zone boisée, cela faisait plusieurs fois que j'avais repéré des chevreuils dans des parcelles agricoles. Ce samedi, à la tombée du jour, petite séquence de repérage... Je rentre dans les bois, pas très optimiste, en repérant au sol uniquement quelques traces de sangliers ; ici et là, dans les zones les plus humides, la terre a été labourée. Je lève la tête, et là, à 150 mètres, j'aperçois des animaux bondissants qui ne m'ont pas vu. Je me cache sous la frondaison des arbres et j'avance sans faire trop de bruit ; zut, les branches au sol craquent. Je m'arrête et m'assois. Les coudes sur les genoux, je pousse le zoom ; le diaphragme n'est pas terrible (6.3) et, la nuit tombant, je pousse les ISO. Il ne faudra pas trop zoomer sur les photos... Il faudra que je revienne ; un autre poste, un autre objectif et attendre sans bouger, protégé par le vent de face...

Nature du jardin, nature sauvage
Nature du jardin, nature sauvage
Nature du jardin, nature sauvage

Voir les commentaires

Nuit pastel, à Albi

7 Juin 2016, 17:51pm

Publié par soda81

Nuit pastel, à Albi
Nuit pastel, à Albi

Depuis plusieurs années, le début de l’été à Albi est marqué par plusieurs manifestations, dans l’ordre, la Nuit pastel, la fête de la Musique et Pause Guitare. Nuit pastel aura bien annoncé, cette année, le changement de saison, moins de 20° la semaine dernière, une envie d’allumer le poêle et autour de 30° le lundi 6 juin, d’une atmosphère pluvieuse froide le 1er juin à un temps quasi-orageux le 6…

 

Nuit pastel, à Albi
Nuit pastel, à Albi

Bleu pastel, ce sont diverses animations dans les rues, de la musique et des couleurs. Des couleurs pastel, ici et là, envahissent l’espace public. Sur Les Cordeliers flottent des OVNI colorés ; le pont vieux est illuminé rouge sang et ponctué de ballons bleus.

Sainte Cécile et le Musée Toulouse Lautrec, colorés, regardent stoïquement cette foule écoutant la musique, les guitares poussées à fond et les voix saccadées.

Oh combien il est difficile de restituer l’ambiance ; l’appareil photo tente de rendre la scène lisible et surexpose, les ballons bleus deviennent blancs. Pour capter le bleu, il faut, ou sousexposer, ou mesurer la lumière près des ballons et là, le reste de la scène est dans le noir. Alors, on tente de faire moyen, d’avoir les couleurs et les scènes. Parfois, le noir et blanc sauve la photo. On se rend compte des progrès accomplis par les constructeurs d’appareils photos ; de telles scènes étaient impossibles à photographier à main levée il y a 4 à 5 ans. Aujourd’hui, 3200, voire 6400 et une image avec très peu de flou est là, un peu bruitée laissant tout de même un beau souvenir.

Découverte en quelques images…

 

Nuit pastel, à Albi
Nuit pastel, à Albi
Nuit pastel, à Albi
Nuit pastel, à Albi

 

Un peu après minuit, le calme revient sur la place du Vigan et le jardin national. Le square peut se regarder dans la fontaine, sans que des silhouettes ne viennent perturber son image.

Nuit pastel, à Albi

Voir les commentaires

Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie

8 Mai 2016, 09:16am

Publié par soda81

Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie

Découverte de l'expo Corps et âmes à la Conciergerie.

On connait tous le présentateur Nikos Aliagas, bien présent sur TF1 dans des émissions d'audience ; on le découvre plus journaliste sur Europe 1 dans ses interviews. Ses rencontres sont souvent immortalisées par de très beaux portraits, c'est alors Nikos le photographe. Sa galerie Instagram (vous pouvez cliquer sur le lien) est un journal de ces rencontres, un compte à suivre...

 

Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie
Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie

Ce ne sont pas uniquement les rencontres autour de ses interviews qui donnent lieu à des portraits ; d'autres instants viennent remplir la bibliothèque d'images. Cette galerie est accompagnée de quelques textes bien ciselés.

 

Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie
Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie
Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie
Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie
Nikos, photographe - Expo à la Conciergerie

Voir les commentaires

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

7 Mai 2016, 06:59am

Publié par soda81

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

La Maison européenne de la photographie, à Paris, est l’un de ces endroits où le monde de la photo est exposé dans sa diversité. Sur cette fin de mois d’Avril, deux photographes témoins de l’actualité de notre monde voient leurs oeuvres présentées au grand public.

Christine Spengler, grand reporter et artiste, a toujours été présente à des moments importants et dans des lieux aujourd’hui reconnus pour être des lieux de l’histoire du monde. Elle l’a fait avec un courage immense, embarquée dans des situations plus que difficiles, comme celle de sa prise en otage car soupçonnée d’être une espionne. J’ai entendu sur Europe 1 son interview dans l’émission de Frederic Tadéi ; on ne peut qu’être impressionné par la force de cette personne qui a côtoyé des évènements qui auraient pu émousser le courage de n’importe qui.

Ces photos, prises en 1972 en Irlande du Nord, m'interpellent. Ces enfants sur les photos ont à peu de choses près mon âge ; où sont-ils aujourd'hui ? que sont-ils devenus ? que pensent ils des évènements d'alors ?

 

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

La révolution iranienne et ses images de femmes voilées, images qui ne nous avaient pas tant marqué que cela, nous Français qui avions accueilli l'ayatollah Khomeni. Nous aurions presque eu de la sympathie pour ces gardiennes de la révolution, toutes de noir vêtues ; n’incarnaient-elles pas la force d’un peuple combattant pour la disparition d’un pouvoir totalitaire. Aujourd’hui, on peut se dire que ce sont sûrement les premières images de cette vague d’une autre forme de pouvoir totalitaire, celui des extrêmes religieux. On ne peut que réagir face à celle file d’attente de femmes se rendant à un référendum bien gardées, accompagnées dans leurs votes, par des militaires.

 

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016
Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016
Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

Autre forme d’obscurantisme, celui du communisme sanglant, celui des kmers rouges au Cambodge. Quel désespoir, cet enfant dans un hôpital délabré. On ne peut rester insensible… et se dire que tout cela continue aujourd’hui sous d’autres formes dans bien des pays... 

 

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

Patrick Zachmann est un témoin de l’histoire chinoise. Présent lors des évènements de Tien an men, il a accompagné les acteurs de cette tentative de révolution vite matée par le pouvoir. Ses notes manuscrites au coté des photos retracent la chronologie des évènements. Aujourd’hui, son regard est double, il revient avec des images des années 90 et celles de 2015, comparant l’évolution spectaculaire, bouleversante des paysages chinois.

Des chinois cotoient pour la première fois "un long nez"

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

Côte à côte, grand parents et petits enfants, qui se côtoient sur des portraits, sont des acteurs de deux millénaires différents. On parle bien de millénaires différents. Ses portraits vidéo de deux personnes, l’une ayant vécu Tien an men, l’autre ayant une vingtaine d'années aujourd’hui montrent aussi le contraste de cette société et la capacité de faire oublier des évènements que peut avoir le pouvoir. La jeune génération semble ne pas connaître le passé et va indiquer que la Chine est dans le chemin bien avancé de la démocratie ; la génération qui a vécu les évènements parle de dictature…

 

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016
Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016
Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016
Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

Deux photographes, deux regards… sur la folie du monde, sur sa capacité de se raccrocher à des mythes, à des chimères basculant vite dans des extrêmes bien dangereux.

-------------------------

Hommage à Leila Alaoui

Expos à la Maison européenne de la photographie - mai 2016

Voir les commentaires

Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse

21 Février 2016, 17:21pm

Publié par soda81

Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse

Natif du Tarn et aujourd’hui Professeur à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille Méditerranée, Max Armengaud mène un travail de portraits. Depuis 1986, il a notamment photographié les femmes et les hommes de diverses institutions, du "personnel" aux personnages plus célèbres ou dits plus éminents. Dans le Tarn, on trouvera par exemple les portraits des élus de Paulinet, de Vabre... et ailleurs, une immersion au sein de la cité du Vatican.
    

 

 

Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse

Il est aussi possible de découvrir les travaux de Marion Gambin. Cette photographe travaille principalement sur la vie moderne dans diverses régions du monde. Dans «Nos vieux jours heureux», elle a observé les communautés vivant dans les Sun-Cities, ces petites villes construites dans le désert d’Arizona et exclusivement réservées aux retraités. Un monde parfois artificiel mais finalement si humain.

Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse

Juste pour le plaisir quelques images de Toulouse...

Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse
Exposition Max Armengaud, à la Galerie du Château d'eau à Toulouse

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>